Descriptif physique et fonctionnement de Bi-Energy

   

 Bi-Energy est un convertisseur de houle offshore. Il est constitué d’un train de barges dont une extrémité est amarrée au fond par un ancrage industriel.
Bi-Energy exploite l’énergie de la houle « au vent » des côtes, c’est à dire plus ou moins au large dans des zones exposées aux vents dominants et aux vagues océaniques. Il se situe à une distance suffisamment courte du bord pour permettre une jonction par câble et une maintenance ou surveillance facile, suffisamment loin aussi pour exploiter une houle qui n’est ni atténuée ni perturbée, et surtout pour ne pas nuire aux activités côtières ou aux paysages.
Le train de barge exploite les variations de hauteur de la surface de l’eau par le pivotement relatif de tous ses composants, sur différents axes de rotation, verticaux et horizontaux.

  • Facteur innovant N°1 :

Le système breveté de conversion d’énergie promet des rendements largement améliorés, une mécanique simplifiée et fiabilisée, donc un investissement moindre et un rendement sécurisé.

  • Facteur Innovant N°2 :

La conversion se fait à l’échelle de la grande houle mais aussi à une échelle plus petite des vagues secondaires et du clapot, y compris avec des systèmes d’ondes complexes, irrégulières et croisées. En cela, le système se démarque très nettement de la plupart des convertisseurs actuels qui ne peuvent exploiter que les grandes à très grandes houles, à l’exclusion des ondes croisées ou de petite amplitude.

  • Facteur Innovant N°3 :

Le système de conversion apporte une grande liberté d’architecture. C’est le point de départ de plusieurs avancées importantes. Les barges sont « posées » en hauteur sur des flotteurs, comme des navires multicoques. Elles sont donc largement émergées et échappent ainsi aux phénomènes marins les plus plus destructeurs (corrosion et contraintes mécaniques intenses). La surveillance et la maintenance sont simplifiées et sécurisées : chaque module est en fait une salle des machines fermée et étanche, comparable à celle d’un navire de commerce. La construction et la mise en service en sont aussi plus faciles, et moins coûteuse, que pour les systèmes sous marins ou semi submergés.

  • Facteur Innovant N°4 :

Le système se décline en trains de barges plus ou moins long, selon le nombre de modules associés, mais aussi en une gamme de différents modèles plus ou moins gros et puissants selon les besoins et les moyens des clients. Il est possible de créer une véritable gamme d’appareils houlomoteurs qui s’adapteront à toutes les conditions d’exposition à la houle et à toutes les demandes spécifiques en quantité d’énergie, ainsi bien sûr qu’aux moyens financiers des investisseurs. Les perceptives commerciales en sont plus largement ouverte sur le monde : électrification des sites isolés ou énergie renouvelable en masse pour les grands énergéticiens.

  • Facteur Innovant N°5 :

La géométrie de Bi-Energy permet un pilotage en temps réel de la réponse du convertisseur à la houle rencontrée de manière à en optimiser l’exploitation en toute circonstance. Il suffit pour piloter la réponse à la houle de modifier la distance entre flotteurs par un simple vérin ou engrenage encapsulé.

  • Facteur Innovant N°6 :

Bi-Energy permet d’associer plusieurs sources ENR. Chaque barge peut supporter une grande éolienne à axe vertical (partenariat à l’étude actuellement).

  • Facteur Innovant N°7 :

En tant que navire constitué de barges modulaires, Bi-Energy propose à la fois une large plate-forme posée au dessus de l’eau, mais aussi un énorme volume utile. Le volume disponible est aussi un espace de stockage de l’énergie, sous forme hydrogène solide par exemple. Cela ouvre des perspectives de lissage et de prédictibilité de la production, un nouveau cap que les EMR devront impérativement passer.

  • Facteur Innovant N°8 :

Toujours en tant que navire, le train de barges peut être fabriqué et assemblé à distance du point d’installation puis remorqué en haute mer jusqu’à destination, même sur de grandes distances. Il peut aussi être facilement rapatrié dans un port pour en assurer les phases de maintenance les plus importantes.